49e Congrès CGT - Nantes 7-11 décembre 2009

Le quotidien du CongrèsPublié le 29 décembre 2009

Chaka

Sans papiers... mais pas sans voix

Chaka, malien d’origine, est arrivé en France en 2004 « pour suivre des études de droit ». Après un parcours chaotique, sans papiers, il rencontre la CGT en 2008. Une nouvelle histoire commence…

A 27 ans, Chaka Fané est aujourd’hui secrétaire général du syndicat multi professionnel des travailleurs sans papiers de l’Isère. Régularisé il y a trois mois seulement, il poursuit son engagement syndical. C’est ce qu’il est venu dire au congrès : « si j’ai mes papiers aujourd’hui, c’est bien grâce à la lutte collective, et je poursuis mon combat auprès des autres sans papiers, je n’ai pas le droit de les abandonner, on ira jusqu’au bout tous ensemble ».

Visa touristique en poche

Chaka raconte son parcours : il grandit dans sa famille au Mali. « Papa mécano, maman assurant les tâches ménagères et faisant quelques petits boulots pour compléter les revenus », explique le jeune homme avec pudeur. A 7 ans, il commence l’école. Puis il fréquente le lycée. Il obtient son bac et une bourse d’étude. Il veut faire du droit. Mais la révolution malienne est là ; il participe d’ailleurs aux manifestations. Afin d’étudier dans de meilleures conditions, ses parents l’incitent à partir. C’est donc au Maroc qu’il commence ses études. « J’avais envie de poursuivre en France. J’ai fait des demandes de visa d’étudiant mais elles ont toutes été refusées. Alors, je suis venu avec un visa touristique dans l’espoir de pouvoir m’inscrire à la faculté ». Paris, Valence, Grenoble : les réponses sont toujours les mêmes : sans visa d’étudiant, pas d’inscription ! Il en faut davantage pour faire baisser les bras à Chaka.

Une rencontre qui change la vie

Parce qu’il faut bien vivre et manger, il trouve du travail : « je faisais la plonge dans un resto. Le patron était sympa du moment que tu faisais ton boulot ». Mais la vie sans papiers pèse. « Pour ne pas mettre mon patron en difficulté, j’ai démissionné. Je ne faisais confiance à personne, en permanence j’avais l’impression qu’il y avait quelqu’un qui me voulait du mal… » Pour se loger, il alterne chez son cousin, chez un ami. Il fait le tour des associations pour chercher des conseils et obtenir sa régularisation. Pour manger, il fréquente les Restos du Cœur quelques mois. « Je n’étais pas à l’aise d’aller demander avec mon sac en plastique ». Et un jour, une idée : pourquoi ne pas aller voir un syndicat ? Ce sera la CGT. Et les choses s’enchaînent : un collectif de militants CGT se met en place pour travailler sur la situation des sans papiers, Chaka constitue son dossier de régularisation, d’autres sans papiers viennent ensuite, les dossiers s’accumulent, ça fait boule de neige… Il y en a 200 aujourd’hui.

La voix des sans voix

« Lors de l’assemblée générale des travailleurs sans papiers qui préparait la rencontre avec la préfecture pour déposer les dossiers, les militants de la CGT ont demandé lequel d’entre-nous voulait participer à la délégation. Aller à la préfecture ? Pour un sans papier : inimaginable ! Le silence s’est installé dans la salle », raconte Chaka un tantinet amusé avec le recul. Prenant son courage à deux mains, il se propose : il devient le porte-parole des sans papiers. Puis le syndicat multipro des travailleurs sans papiers se crée, Chaka en devient naturellement le responsable, « être la voix des sans voix, c’est énorme ! ». Sa régularisation ? Soulagement, joie… les mots manquent. Mais une chose est sûre, Chaka poursuit son chemin entre son métier de cuisinier et le combat pour et avec les sans papiers.

Moment magique

Sa participation au congrès, il la vit comme « un moment magique ». Heureux de participer à ce moment particulier. « J’aime la confrontation avec des arguments, et je m’aperçois que j’apprends beaucoup sur la CGT », déclare-t-il, les yeux pétillants. Pour lui, « comme pour les autres sans papiers de l’Isère, la CGT n’est seulement un syndicat, c’est une vraie famille. La CGT, c’est l’espoir ».

Flux RSS Suivre la vie du site
Imprimer cette page - Envoyer cette page par courriel

Le quotidien du Congrès

Jingle vidéo du 49e congrès

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Photothèque

Vue générale de la salle Rencontre-débat Alès - B.Thibault Rencontre-débat Alès - Rencontre-débat Alès - Rencontre-débat Alès - Rencontre-débat Alès - Rencontre-débat Alès - Rencontre-débat Alès