49e Congrès CGT - Nantes 7-11 décembre 2009

RencontresPublié le 3 décembre 2009

Assemblée générale du syndicat de site

COMHUREX : "Maintenant, on fait avancer les choses ensemble"

Dans cette entreprise, la CGT a su faire évoluer son outil syndical pour être un outil efficace, utile, qui prend en compte les évolutions intervenues dans l’entreprise et qui part du fait que ce ne sont pas les salariés qui doivent s’adapter aux structures de la CGT, mais à la CGT de prendre en compte leurs besoins, afin d’être plus efficace dans son rôle.

La Comhurex, filiale d’Areva est une entreprise de 360 salariés qui s’occupe de convertir le minerai d’uranium. Elle est sur son segment d’activité leader mondial. En avril 2009, lors du congrès du syndicat, les syndiqués prenaient la décision de se transformer en syndicat de site. Cette évolution sur la façon de s’organiser prenait en compte les changements intervenus dans l’organisation du travail, et donc du salariat dans l’entreprise, mis en œuvre par la direction depuis une dizaine d’années. En effet, sur 360 salariés, 100 relèvent de la sous-traitance, ainsi pour un même travail, pour la même qualification, il peut y avoir des écarts de salaire important, ou encore des primes que les salariés ont obtenues auparavant grâce à l’action collective dont ne bénéficient pas les travailleurs relevant de la sous traitance. C’est ainsi que pour avoir revendiqué l’obtention d’une prime de commodité un salarié de l’entreprise MYS (sous-traitant) est sous la menace d’une sanction. La création de ce syndicat de site est bien la réponse appropriée pour que notre outil syndical soit le moyen d’organiser la défense collective de tous les salariés du site. A l’assemblée générale du syndicat, en présence de plus de 60 syndiqués, de l’UD, l’UL, les fédérations de la métallurgie et du commerce et de la Confédération, la CGT a fait la démonstration qu’il est possible si on s’y met tous de mettre toutes nos organisations au service de l’ensemble des salariés et de répondre ainsi aux logiques de divisions patronales. Lors de leur assemblée générale, les syndiqués ont exprimé très clairement les raisons qui les ont amenées à modifier leur manière de s’organiser.
- Florilège :
• Le syndicat est maintenant une force syndicale qui permet de nous rassembler
• Nous devons intégrer les bouleversements intervenus dans notre entreprise pour être en ordre de marche.
• La meilleure façon de défendre ce que nous avons obtenu, s’est d’étendre nos droits à tous les salariés du site.
• Le jour où on aura gagné, c’est le jour où il n’y aura plus de Sécuritas, de Mys, entreprises sous traitantes) mais où on sera tous des salariés de la COMHUREX.
• A court terme, il s’agit de construire un rapport de force de tous les travailleurs afin de déjouer l’individualisation et la concurrence entre nous.

Les syndiqués de la sous-traitance désormais dans le même syndicat que les syndiqués de la Comhurex ont exprimé avec émotion le cheminement qui a été le leur. « Avant, on ne se parlait pas ou peu, on se débrouillait entre nous, on ne pouvait pas discuter, on n’était pas au même niveau et ça c’est quelque chose qui fait mal ; maintenant on fait avancer les choses ensemble, indique un syndiqué de l’entreprise Sécuritas de 59 ans, qui a mis 15 ans à franchir le pas … Mais était-ce possible avant, sans la structure qui le permette ? Aujourd’hui, sur 13 salariés de l’entreprise de sécurité les 13 sont syndiqués.

Pour ceux de Mys (Métallurgie) 9 se sont syndiqués, la bagarre est engagée pour obtenir les mêmes droits que leurs camarades de travail. Le secrétaire du syndicat indiquait par ailleurs à l’issue de l’Assemblée Générale que si la direction ne levait pas la sanction qu’elle a infligée à un salarié par ailleurs syndiqué, le syndicat appellerait à la grève de tous les salariés du site.

En conclusion :La CGT a su faire évoluer son outil syndical pour être un outil efficace, utile, qui prend en compte les évolutions intervenues dans l’entreprise et qui part du fait que ce ne sont pas les salariés qui doivent s’adapter aux structures de la CGT, mais à la CGT de prendre en compte leurs besoins, afin d’être plus efficace dans son rôle.

En tout cas si on en juge aux résultats, on apprécie aussi une démarche syndicale aux résultats qu’elle produit ; les faits sont là, une dynamique revendicative amplifiée, une fraternité de tous les travailleurs qui permet de lutter dignement, un syndicat renforcé puisque celui-ci est passé de 72 adhérents à 108 (dont 31 syndiqués appartenant à des entreprises sous-traitantes) voilà le premier bilan dont peuvent être fiers les syndiqués du site de la COMHUREX.

Gageons que dans la perspective de la préparation du 49ème beaucoup s’engage dans la même démarche. En tout cas pour l’UD de l’Aude, forte de cette expérience, deux nouveaux syndicats devraient voir le jour dans les semaines qui viennent : un sur les maisons de retraite (7 maisons, 31 syndiqués) et un sur un centre commercial à Narbonne qui réunira les syndiqués de plusieurs enseignes.

Dernière minute : la Direction qui voulait sanctionner un camarade de l’entreprise sous-traitante Mys (voir plus haut) a du reculer … le syndicat menaçait d’une grève qui s’annonçait massive. C’est donc une victoire importante et appréciée comme telle par tous les syndiqués. Aujourd’hui 12 syndiqués nouveaux ont rejoint le syndicat. Une victoire qui n’en doutons pas en appelle d’autres !
Flux RSS Suivre la vie du site
Imprimer cette page - Envoyer cette page par courriel

Photothèque

- - - - - -